Vivre chez soi en autonomie

 

Vivre avec la plus grande autonomie possible

La qualité du lieu où l’on habite est une condition nécessaire pour rendre la vie vivable, mais elle n’est pas suffisante. Il existe une diminution de la puissance de vie avec la perte d’autonomie qui impose toutes sortes d’empêchements de faire et d’agir.

Cette accumulation de détails fait une vie empêchée. L’habitat doit intégrer des compensations techniques et humaines qui, avec la qualité du lieu où l’on habite, contribuent à rendre la vie vivable et digne. Des compensations techniques sont intégrées dans les logements (par exemple, les serrures des portes palières permettent une utilisation manuelle ou motorisée) et dans les parties communes (un badge actif qui actionne automatiquement l’ouverture de la porte d’entrée de l’immeuble). Une organisation d’aides humaines peut également être mise en place si nécessaire.
Tout ceci contribue à faciliter l’autonomie à des personnes qui en manque.