Vivre chez soi en autonomie

 

Vivre comme tout un chacun

L’habitat dépasse le logement : être logé ne suffit pas à « habiter ». Les personnes en manque d’autonomie possèdent un environnement souvent localisé autour de leur logement. Le quartier est parfois même réduit à la rue, voire à la résidence. C’est alors la qualité du lieu où l’on habite (cet ensemble que constituent le logement, la résidence, la rue, le quartier…) qui peut conforter la qualité d’une vie.

Cette qualité est liée à la possibilité de pouvoir s’y promener, y entretenir des relations de voisinage, y effectuer des achats y exercer des activités culturelles, associatives… Un habitat confortable et plaisant doit donc aussi pouvoir être intégré dans un espace urbain où les qualités d’accessibilité et d’aisance de mobilité sont prépondérantes, comme peut l’être la richesse de l’environnement en services, commerces et autres activités sociales… Mais cet espace n’est pas seulement « technique », il est aussi humain. Il doit pouvoir permettre qu’y cohabitent des personnes en manque d’autonomie et d’autres qui ne le sont pas, afin de créer des circonstances où vont se croiser des voisins dont la liberté sera la seule condition de la nature des relations qu’ils décideront d’entreprendre.