Vivre chez soi en autonomie

22 logements sociaux à BEAUVAIS

Le Parisien

Une résidence mélangeant des logements sociaux pour personnes handicapées et d’autres pour personnes valides. C’est le projet qui verra le jour, rue de la Banque, en centre-ville de Beauvais, en lieu et place de l’ancien commissariat. « Nous avions pensé un moment y aménager un foyer pour jeunes, mais l’Opac, bailleur social, est venu nous présenter ce projet novateur qui nous a très vite intéressés », raconte Franck Pia, premier adjoint (UDI) de Beauvais.


Jeudi, lors du prochain conseil municipal, les élus délibéreront sur l’achat, via l’établissement public foncier de l’Oise, du site de l’ancien commissariat pour 130 000 €. « Avant toute chose, nous devions avoir l’autorisation des Bâtiments de France pour la destruction car la structure était inexploitable en l’état, rappelle Franck Pia. Comme nous sommes dans le périmètre de la cathédrale, nous avons dû revoir le projet à la baisse, le nouveau bâtiment ne devant pas dépasser une certaine hauteur. » Ce seront donc 22 logements (T2, T3, T4), et non 35, qui seront construits dans cette résidence. Dix seront réservés aux personnes handicapées, douze aux personnes valides.


Dans cette opération, la ville n’est qu’un intermédiaire. L’Opac gérera les logements et l’association Ti Hameau la structure. « Elle le fait déjà dans des résidences au Havre (Seine-Maritime) et à Caen (Calvados). Les logements accueilleront des handicapés moteurs lourds, qui ont besoin de l’aide d’une personne quasiment en continuité, poursuit Franck Pia. Ils logeront en plein centre-ville et c’est un vrai plus que nous leur apportons. »


L’arrivée de logements sociaux en centre-ville a créé un certain émoi dans le voisinage. « Il y a eu des réactions très négatives qui nous ont surpris, reconnaît Franck Pia. Certes c’est un environnement particulier avec des huissiers ou des avocats, mais l’hostilité était quelque peu exagérée. D’autant plus que les bénéficiaires de ces logements seront triés sur le volet et devront être capables de cohabiter avec des personnes handicapées. Avec l’association Ti Hameau, nous organisons une réunion d’information ce mardi pour détailler le projet et calmer le jeu. » Les premiers emménagements pourraient intervenir en 2018.


leparisien.fr

le 7 novembre 2016

 

Articles liés